Le transport en commun est globalement paralysé ce lundi 25 octobre 2021, en raison de la grève des syndicats du transport en commun. Seuls des motards permettent aux citoyens de se déplacer d’un endroit à un autre à travers la région métropolitaine de Port-au-Prince, a-t-on constaté. 

Le secteur du transport en commun est grandement affecté par le mot d’ordre de grève baptisé: Operasyon Femèn Peyi.

Les tap-tps, minibus et autobus assurant les circuits intérieurs et interurbains sont aux abonnés absents.

Le transport à bord la motocyclette devient l’alternative. 

Cette situation bénéficie aux chauffeurs de taxi moto. Ils assurent le transport des gens d’un point à un autre mais au prix fort.

Certains passagers ont dû verser 500 gourdes pour un trajet qui coûtait avant 100 gourdes.

Les motards mettent en avant la nette augmentation du prix du gallon de la gazoline sur le marché informel pour justifier la révision à la hausse du prix des courses. 

À souligner cet arrêt de travail vise à protester contre l’insécurité et dénoncer la rareté des produits pétroliers dans les pompes à essence. 

Djenyka Piverger 

pdjenyka@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

00:00
00:00